Le préjudice sexuel d'une victime recouvre une grande diversité de troubles et de souffrances.

Le plus souvent il est défini sous plusieurs angles :

  • Le préjudice morphologique : qui est lié à l'atteinte des organes sexuels résultant du dommage subi par la victime,
  • Le préjudice lié à l'acte sexuel lui-même (difficultés dans l'accomplissement de l'acte, troubles de la libido)
  • Le préjudice lié à l'impossibilité ou la difficulté de procréer,
  • Le préjudice sexuel subi par le conjoint, époux, pascé ou concubin de la victime directe.

 Le préjudice de la victime doit être certain et avoir un lien de causalité avec le traumatisme.

Conformément à la législation relative à la protection des données, nous vous informons que ce site utilise des cookies à des fins de statistiques. En cliquant sur le bouton 'Accepter', vous autorisez les services tiers que nous utilisons à éventuellement déposer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur. Pour en savoir plus, consultez nos mentions légales