Les plaies, les hématomes, l'utilisation d'une canne ou d'une béquille peuvent constituer des préjudices esthétiques aussi bien temporaires que permanents.

Durant la maladie traumatique la victime subit des atteintes physiques, voire une altération de son apparence physique temporairement mais aux conséquences personnelles très préjudiciables, liées à la nécessité de se présenter dans un état physique altéré au regard des tiers.

Si l'expertise médicale a lieu avant la réparation esthétique, l'expert sera en mesure de dresser le constat des atteintes à l'aspect physique du blessé. Il pourra lors de l'expertise intermédiaire témoigner de l'évolution de ce préjudice.

Mais ceci n'est pas toujours possible. Il n'est pas rare que l'expertise ait lieu après la consolidation. L'expert devra alors porter un regard rétrospectif sur ce poste de préjudice. Dans ce cas, il sera utile de fournir des photos ou d'entendre l'entourage sur le vécu de la victime et sur le regard des autres.

Les critères d'évaluation sont le plus souvent : la durée et la gravité de l'altération physique, la perception par la victime de cette altération, l'âge de la victime…

Il n'y a, à ce jour, aucune méthode établie pour coter ce préjudice. Il est donc impératif d'être accompagné d'un Avocat qui prendra le soin de décrire, avec un médecin indépendant, l'évolution de ce préjudice.

Alexandre VASQUEZ - Avocat au Barreau de Nîmes

Conformément à la législation relative à la protection des données, nous vous informons que ce site utilise des cookies à des fins de statistiques. En cliquant sur le bouton 'Accepter', vous autorisez les services tiers que nous utilisons à éventuellement déposer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur. Pour en savoir plus, consultez nos mentions légales